Une aide-soignante malade d’avoir été trop vaccinée contre l’hépatite

Sortir du chaos et de l'illusion

Martine Sempietro entourée de son mari, Thierry, et de son avocate, Denise Pombieilh. (Jean-Philippe Gionnet)

« J’ai subi une vaccination obligatoire imposée par l’hôpital. Aujourd’hui, je ne peux plus travailler, c’est injuste ». Aide-soignante à l’hôpital d’Oloron, Martine Sempietro, 46 ans, a reçu huit vaccins contre l’hépatite B de septembre 1991 à avril 1998. Cette vaccination était à l’époqueobligatoire pour tous les personnels hospitaliers suite à une loi de 1991.

Dès 1995, elle ressent des douleurs mais pendant des années on lui répondra que ce sont de simples douleurs musculaires. En 2006, à l’occasion d’un exercice, elle chute car ses jambes ne répondent plus. Elle est alors arrêtée pour accident du travail.

« Je souffre de douleurs musculaires et articulaires, je suis toujours fatiguée et j’ai des problèmes cognitifs », explique l’aide-soignante. « J’étais comme une loque, ça a été un vrai parcours du combattant pour qu’on me fasse une biopsie musculaire », poursuit Martine Sempietro…

View original post 335 mots de plus

Laisser un commentaire

Aucun commentaire pour l’instant.

Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s