Psycho : Des souris maudites sur trois générations

MAXINE-VOYANCE

Un stress social subi par une souris jeune peut retentir sur le comportement de ses descendants.

Serait-ce une démonstration, chez la souris, de cette observation récurrente effectuée chez l’homme par les psychiatres et psychologues : un stress subi par un individu jeune, même sans conséquences visibles, peut retentir sur la santé psychique de ses petits-enfants voire de ses arrière-petits-enfants – ou l’art de cuire à petit feu un « non-dit » familial ?

Des chercheurs de l’université de médecine Tufts à Boston (Etats-Unis) ont soumis des souris jeunes à un stress chronique. Entre l’âge de 4 à 11 semaines (soit l' »adolescence » et le jeune âge adulte de la souris), douze rongeurs mâles et onze femelles ont été exposés à une « instabilité sociale chronique » : la composition des animaux dans les cages était modifiée fréquemment, de sorte que les souris ne parvenaient pas à établir avec leurs congénères de relations normales, fondées sur une hiérarchie sociale.

View original post 492 mots de plus

Publicités

Laisser un commentaire

Aucun commentaire pour l’instant.

Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s