Le successeur de Benoît XVI sera-t-il le dernier avant la fin du monde?

http://www.20minutes.fr/article/1098651/ynews1098651?xtor=RSS-176

https://www.paypal.com/cgi-bin/webscr?cmd=_s-xclick&hosted_button_id=KZF8RWHUB7NZS

WEB – Oui, si l’on en croit la fameuse prophétie de saint Malachie…

La liste avait ressurgi en 2005, à la mort de Jean Paul II. A l’annonce de la démission de Benoît XVI ce lundi, cela n’a pas manqué: le Web s’est aussitôt agité autour de la fameuse prophétie qui énumère 112 papes, en cinq pages et en latin, résumant le pontificat de chacun en une devise donnant lieu à des interprétation prophétiques. La liste étant attribuée aux papes successeurs deCélestin II, un pape éphémère qui régna entre le 162e et le 163e pape, le pontificat de Benoît XVI correspondait à la 111devise. Celui de son successeur correspondra donc à la 112e formule… qui annonce la fin du monde.

Vous vous croyiez débarrassé des théories sur la fin du monde depuis qu’un 22 décembre avait finalement succédé au 21? C’était sans compter la popularité de ce texte publié pour la première fois en 1595 et qui alimentait quatre siècle plus tard les discussions ce lundi, que ce soit sur TwitterFacebook ou dans des billets de blogs, comme le note le Huffington Post. L’article dédié à «saint Malachie» a également été très consulté sur Wikipédia, remarque sur Twitter le journaliste Vincent Glad.

 

Les internautes pouvaient notamment y lire la traduction de la 112e devise attribuée au règne du successeur de Benoît XVI: «Dans la dernière persécution de la sainte Eglise romaine siégera Pierre le Romain qui fera paître ses brebis à travers de nombreuses tribulations. Celles-ci terminées, la cité aux sept collines sera détruite, et le Juge redoutable jugera son peuple.»

«On pense que cette prophétie a surtout servi d’outil de communication pour tenter d’imposer un candidat à la papauté de l’époque de la rédaction du texte. Depuis, on s’amuse à chercher des correspondances entre les papes et ces phrases», expliquait en décembre à Slate Jean-Noël Lafargue, auteur de Les Fins du Monde: de l’Antiquité à Nos Jours.

A.L

Un commentaire

  1. Pour ce que ça vaut, mais il y a des fois je me demande bien ce que nous avons à gagner à vouloir persister dans la reproduction de cette espèce qui est loin d’être pacifique…
    Bises et bonne nuit


Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s