L’homme a vécu pendant 15 ans dans une tombe

*Texte traduit par Google

http://www.20min.ch/panorama/news/story/Mann-lebt-seit-15-Jahren-in-einem-Grab-19167221

https://www.paypal.com/cgi-bin/webscr?cmd=_s-xclick&hosted_button_id=KZF8RWHUB7NZS

Pour cette envie chez lui quelques vampires: Bratislav Stojanovic vit dans une tombe souterraine dans un cimetière abandonné. Les morts ne lui fait moins mal que les survivants, a déclaré le Serbe.

 

Serbia Living with the Dead Serbia Living with the Dead Serbia Living with the Dead Serbia Living with the Dead

 

 

 

Dans le monde des vivants, il ne s’entendait pas bien. Par conséquent Bratislav Stojanovic a campé parmi les morts.L’homme sans-abri a vécu pendant plus de 15 ans dans un cimetière à Nis, une ville dans le sud de la Serbie. Le 42-ans, a choisi comme l’un des tombeaux souterrains à sa résidence. Il silence de mort.

La proximité avec le défunt se sent Stojanovic pas aussi effrayant, mais aussi réconfortant que Stojanovic dit. « C’est calme ici», explique t-il. « Je n’ai pas peur de la mort, ils ne peuvent pas me faire de mal. Mais la vie peut das ».

Tombes pillées

Il a soutenu un matelas et des couvertures dans la tombe. Elle a un toit en béton, mais elle est ouverte sur un côté. De là, il se glisse dans son logement minuscule. À partir de là, mais également à froid et de la pluie de pénétrer à l’intérieur. Sont dispersés vieilles bouteilles en plastique et des bougies, qu’il a recueillies auprès d’autres tombes et il allume la nuit pour avoir de la lumière. Même un crâne allongé là, dit-il.

La pierre tombale de sa propriété est partiellement brisée, mais porte encore les images de contact beige là. Certaines des tombes du cimetière ont été ouverts et apparemment volé.

La guerre a ruiné sa vie

Le vieux cimetière est situé dans le centre-ville. Depuis le milieu des années 1970, il n’est plus utilisé. Le nouveau cimetière a été construit à l’extérieur du centre-ville. « Les gens viennent ici, presque personne», explique Stojanovic. «Je suis toute seule. »

Stojanovic vie depuis le milieu des années 1990 sur la route. A cette époque, il y avait une guerre, l’économie était sur le terrain.Il était un travailleur de la construction, a perdu son emploi et a eu des ennuis avec son père, avec qui il vivait. Au fil des ans, il a finalement passé plus de temps sur la route qu’à la maison. Il ya deux ans, a brûlé la maison familiale, son père a été tué.Stojanovic a maintenant plus rien.

« Ceci est mon endroit sûr »

Les autorités lui offrit une place dans une maison de soins infirmiers, mais il a refusé. Certaines personnes l’ont soutenu de temps en temps, mais surtout il est auto-suffisant avec ce qu’il trouve dans les poubelles – nourriture, cigarettes, vêtements. «Je vis plus ou moins en 15 ans ici. Si je ne trouve nulle part dans une maison vide, que je peux utiliser, je reviendrai ici. C’est mon endroit sûr.  »

 

Laisser un commentaire

Aucun commentaire pour l’instant.

Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s