L’EFFET NOCEBO, OU COMMENT LES MÉDIAS PEUVENT INFLUENCER NOTRE SANTÉ

https://www.paypal.com/cgi-bin/webscr?cmd=_s-xclick&hosted_button_id=KZF8RWHUB7NZS

http://www.topsante.com/sante-au-quotidien/Actus/L-effet-nocebo-ou-comment-les-medias-peuvent-influencer-notre-sante

Des chercheurs allemands ont mené une étude sur 147 sujets. Plus de la moitié a été influencée par des informations transmises par les médias. De quoi faire réfléchir avant de lire la rubrique santé d’un journal.

 

Après l’effet placebo, place à l’effet nocebo. Les médias vont devoir faire attention lors des annonces sur les risques sanitaires car selon une étude récente d’une équipe de chercheurs allemands, elles pourraient nous rendre malades.

En effet, selon l’étude, certaines personnesparticulièrement influençables pourraient développer des symptômes décrits par un documentaire ou un journal, sans raison apparente. C’est l’effet nocebo. « La simple anticipation de dommages sur la santé pourrait déclencher des douleurs et des désordres de santé », explique Michael Witthöft, psychothérapeute et directeur de la recherche.

L’équipe de chercheurs de l’université Gütenberg a voulu aller plus loin pour comprendre ce concept.

Des effets psychologiques

Sur les 147 volontaires réunis pour l’étude, une partie a regardé un documentaire sur la chaîne BBC traitant des risques potentiels des téléphones portables et des signaux Wifi pour la santé. L’autre groupe a regardé un reportage sur la sécurité des données sur internet et les téléphones portables. Ensuite, ils ont tous été exposés à des faux signaux Wifi.

Malgré l’absence des ondes, 54% des participants a développé des symptômes décrits par le reportage : anxiété, perte de concentration, picotements des extrémités. Deux personnes sont allées jusqu’à quitter l’étude car ils soutenaient avoir des effets trop importants pour pouvoir continuer à être exposés. « Il est évident que les symptômes sont plus graves chez les sujets qui souffrent d’une anxiété pré-existante », précise Michael Witthöft. Toutefois, ces effets sont purement psychologiques.

Conclusion : « Les médias doivent être plus responsables lorsqu’ils mettent en garde sur les risques sanitaires ».

Publicités

Laisser un commentaire

Aucun commentaire pour l’instant.

Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s