Mon avis sur le bouquin: Un médecin face à l’invisible; Gérard Vigneron

L’auteur

Gérard Vigneron

Gérard Vigneron estmédecin généraliste. [ suite ]

Informations techniques

Collection : Hors collection
Parution : 15 janvier 2013
Etat : En vente
ISBN : 978-2-35490-092-2
Format : 145 x 225 cm
Nb de page : 324
4 eme de couverture:

De la Grèce antique à la physique quantique, un passionnant voyage qui traverse le voile du monde des apparences. Confronté, dans l’exercice de sa profession de médecin généraliste et dans sa vie, à des événements paranormaux inexplicables par la science, le Dr Vigneron s’est lancé dans une grande enquête au-delà des frontières de la connaissance actuelle. Comme le rappelle judicieusement Patrice van Eersel dans sa préface, ce qui importe, ce sont les faits. Et même s’ils ne font pas partie de la culture officielle, ces faits, pour bizarres qu’ils paraissent, restent des faits. Il est bien sûr facile de les nier, mais on peut écouter aussi ce qu’ils ont à nous dire. ­Cette quête a mené le Dr Gérard Vigneron dans le monde entier. À partir des constatations de son expérience quotidienne, qu’il s’agisse d’expériences de mort imminente ou médiumniques, de diverses formes de télépathie ou des dons de guérison, l’auteur témoigne de faits objectifs tout en réfléchissant aux innombrables fils invisibles qui forment la trame de notre univers. Il nous propose ainsi une carte pour nous repérer dans ces mondes étranges grâce à une méthode an­thro­pologique qui a fait ses preuves : « l’observation participante ».

Un livre d’une grande rigueur qui nous éclaire sur des façons de penser l’impensable et de réfléchir à l’improbable.

 

Page 29 : Toutes les nuits nous en faisons l’expérience quand nous rêvons ! Pendant cette
expérience si banale, nous sommes totalement libérés de nos croyances, de nos préjugés,
de nos schémas d fonctionnement : toutes nos limites se dissipent, il n’y a plus aucune
frontière, ni temporelle, ni spatiale, et le rêve peut ainsi nous emmener au-delà de nous
même de nous-mêmes. Dans ces moments de rêve, nous sommes totalement libérés des lois qui
régissent l’état de veille et nous accédons à un camp de perception beaucoup plus étendu.

Page 31 : Le physicien David Bohm peut ainsi affirmer : « nous sommes maintenant en droit
de nous demandé si l’analogie étroite entre les processus quantiques et nos expériences
intérieures ou processus de pensée n’est que coïncidence… L’analogie remarquable entre
les processus de pensée et de processus quantiques suggérait qu’une hypothèse reliant ces
deux éléments pourrait s’avérer profitable. Si une telle hypothèse se vérifiait, elle
expliquerait de notre pensée. »

Page 36 : Comment concevoir l’inconcevable, imaginer, l’imaginable, penser l’impensable,
espérer l’inespéré, oser l’incroyable ?
Pour que s’écarte le voile qui recouvre le réel…et s’accomplisse « le surgissement de
l’inattendu et l’apparition de l’improbable ».

Page 39 : En effet, certaines personnes peuvent très bien posséder des capacités
cognitives particulières qui leur permettent d’avoir des informations sur le défunt par
« la lecture » de ce qui passe chez le sujet demandeur sans que celui-ci ne veuille lui
transmettre quoi que soit.
Suite à ces études, le résultat auquel elle aboutit peut être sidérant pour de nombreux
lecteurs. Elle en vient à affirmer que pour une personne en période de deuil, une
consultation auprès d’un médium et plus bénéfique qu’un travail auprès de
psychothérapeutes !

Page 46 : Progressivement, elle apprit à communiquer avec les différentes entités qui
devinrent pour elle des guides, des enseignants. Elle s’aperçut ainsi que c’était la
régularité des contacts qui lui permettait de développer ce regard intérieur. Aussi Mme
C.D décida de ritualiser ces rencontres. Aujourd’hui encore, tous les soirs, elle entre
dans un état d’auto-hypnose qui lui permet de s’intérioriser.

Page 51 : Elle ressent alors des tremblements, des mouvements spasmodiques des membres.
Cet état qui ressemble à un état de transe peut se conclure par une chute.

Page 65 : Jusqu’au jour où lors d’une césarienne, elle fit une N.D.E. Cette expérience
changea radicalement le cours de son existence et à partir de ce moment, elle se résigna
à soigner.

Page 84 : Je comparerais volontiers l’effet que produisent ces phénomènes à des Koan.
Le Koan est une brève anecdote totalement absurde ou paradoxale utilisée dans certaines
écoles du bouddhisme comme un objet de méditation pour déclencher un choc qui produira,
comme dans un éclair, l’éveil.

Page 93 : Méditer et faire confiance…Alors qu’en Occident, peut être plus
particulièrement en France, nous avons un véritable culte du doute. Or, ce doute peut
être un frein à la guérison. Douter rend difficile le développement d’une intention
claire et précise. Douter nous empêche d’entrevoir précisément les changements dont nous
pourrions profiter.

Page 99 : Comme à chaque fois, sa transe débute par de violents mouvements des bras qui
ressemblent un peu à ceux que ferait un petit enfant pour battre des mains. Puis assise
sur un tabouret devant u guéridon, elle déclame pendant plus d’une heure, d’une voix
forte et grave, des propos que certains membres de l’assemblée s’empressent de noter.

Page 137 : Mais pour atteindre cet objectif, paradoxalement, il lui était demandé
d’accepter de ne plus savoir, de ne faire, de ne penser à rien, pour accéder à un autre
plan de l’expérience humaine qu’il vivrait comme étant essentiel.

Page 169 : « C’est le non savoir qui introduit l’être humain à ce qu’il est. » Et Socrate
continue sans relâche à aider son interlocuteur à accoucher de lui-même en utilisant «
une voie inintelligible aux gens raisonnables ».

Page 171 : Ne rien faire, ne penser à rien, être plongé dans la confusion de cet état de
conscience que appelle la transe pour déboucher enfin sur une expérience riches de
possibles.

Page 180 : La théogonie nous renvoie à un « temps hors du temps » celui précède toute
manifestation. Elle se situe à l’origine du temps, avant que le plan de la création n’ait
été élaboré. Ce mythe peut donc nous permettre d’appréhender cette matrice sans fond, de
laquelle va naitre le cosmos.

Page 188 : Ainsi les médiums semblent accéder à un vaste champ d’informations en «
éteignant » leurs sens physiques, alors que ceux qui vivent une E.M.I, perçoivent des
détails dont ils pourront témoigner lorsqu’ils sortiront de leur état de mort clinique.
Pourtant leur cerveau n’est plus opérant pour la médecine. Seul le développement de
capacités de perception extra-sensorielle peut expliquer ces phénomènes.

Page 198/ 199 : Certains auteurs en arrivent même à soutenir l’hypothèse que la matière
qui nous ressemble certainement plus à de la pensé, de l’information, qu’a « une chose »
aux limites bien précises. Si cette hypothèse est confirmée au niveau subatomique par de
nombreuses expériences, il n’en est pas de même au niveau macroscopique. Mais nous
pouvons émettre l’hypothèse que la frontière entre ces deux mondes n’est pas si
hermétique que le pensaient les scientifiques. Il me semble plus judicieux de considérer
que les états qui paraissaient définir ces deux mondes peuvent s’interpénétrer et que
dans tous les cas la conscience un rôle dans l’univers.

Page 202 : Et l’astrophysicien Michel Cassé de préciser « le vide est plein de possible.
Conçue comme un océan de particules virtuelles, le vide porte en lui la potentialité de
toutes les naissances. Le vide est l’état latent de la réalité, la matérialité en est
l’état manifeste, et le champ est soudain quantifié quand la particule apparaît. »

Page 225 : Kenneth Ring, chercheur en psychologie, spécialiste des E.M.I peut ainsi
affirmer : « ceux qui vivent des E.M.I ou des expériences de sorties hors le corps
entrent dans un états de conscience transcendantal caractéristique que nous aimerions
appeler « la vision de l’esprit ». Lorsque notre système sensoriel défaille, la vision de
l’esprit serait alors potentiellement à notre disposition et nous permettrait ainsi
d’accéder au monde de la connaissance transcendantale inaccessible à notre état d’éveil
normal.

Page 254 : Il y a donc d’une part la réalité sensorielle régie par les lois physiques de
notre espace-temps dans lequel le temps s’écoule linéairement du passé vers le présent,
puis vers le futur. Et d’autre part, ce réel, une « totalité unifié » qu’il est
impossible d’appréhender par nos sens, ceux-ci ne pouvant nous donner qu’une perception
fragmentée du monde. D’où l’intérêt de la transe qui permet au chaman d’accéder. De son
voyage, il va ramener cette information globale dont il va se servir dans différents
domaine de sa réalité quotidienne.

Page 267 : Reprenons le modèle de la physique quantique : plusieurs réalités virtuelles
sont superposées et c’est notre focalisation qui va déterminer l’expression de l’une par
rapport à l’autre. Et bien sûr cette focalisation sera dépendante des croyances que nous
avons.
Ceci nous donne une grande liberté d’action et peu à peu nous nous rendons compte que, si
nous osons, nous avons une grande influence sur la réalité que nous vivons.

Page 268 : « Gardez-vous de comprendre ! »

Page 277 : Je conçois qu’il soit difficile, pour un Occidental, d’accepter de ne rien,
simplement de prêter attention à ce qu’il ressent ou imagine. Et pourtant c’est bien là
ou le thérapeute tente d’amener son patient : ne rien faire pour ensuite s’aborder dans
ce qui advient.

Page 281 à 284: Ce n’était qu’un rêve….

Page 291 : C’est bien la focalisation qui nous permet changer d’état de conscience et
d’accéder à ce vaste champ des possibles. Mais en maintenant notre attention et en
développant une intention particulière, nous augmentons la probabilité de voir se
concrétiser un de ces potentiels présents dans ce bruits de fond. Celui-ci s’effacera
alors pour laisser place à une information perceptible dans notre réalité quotidienne.
Alors que lorsque nous sommes dans un état de conscience ordinaire, celle-ci est plus
adaptée à cette réalité corpusculaire que nous vivons ici et maintenant. Nous avons donc
la possibilité d’accéder à des réalités différentes en changeant d’état de conscience.

Page 297 : D’habitude, nous avons difficilement accès à ce fondement qui ne fait pas
partie de notre monde objectif car notre conscience ordinaire ne peut appréhender qu’une
réalité tridimensionnelle. Ce sont des circonstances spécifiques et plus précisément des
états de conscience particuliers qui mettent un terme à cette limitation et permettent
l’émergence de ce monde subtil dans une expérience intuitive directe. Une expérience qui
permet de percevoir que « le monde visible fait partie d’un univers plus spirituel,
duquel il tire sa signification essentielle et avec lequel l’union est notre véritable
but. »

Page 300 : A l’heure actuelle, nous n’avons aucune réponse scientifique à ce
questionnement et il en sera ainsi tant que la communauté scientifique ne s’autorisera
pas à quitter les chemins balisés qu’elle connait si bien. Pour cela, il serait temps de
renoncer à l’illusion que l’approche Newtonienne de la science peut nous apporter une
connaissance complète et infaillible du monde de la vie. Il serait temps d’abandonner
ces explications trop simplistes que donnent certains scientifiques en disant, par
exemple, que les phénomènes d’expériences de mort imminente (E.M.I) résultent de
phénomènes hallucinatoires dus à une hypoxie cérébrale. Si cette hypothèse était vraie,
les E.M.I seraient beaucoup plus fréquentes.

https://www.paypal.com/cgi-bin/webscr?cmd=_s-xclick&hosted_button_id=KZF8RWHUB7NZS

http://www.editions-du-relie.com/Un-medecin-face-a-l-invisible.html

Publicités

Laisser un commentaire

Aucun commentaire pour l’instant.

Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s