Mes tarifs pour le bloqueur de pub.


Bonjour a tous et a toutes. Voila mes tarifs afin que j’enlève le bloqueur de mon PC et voir vos publicités débiles.Merci de me payer d’avance et avec Paypal uniquement.

Pour 1 an (sur une base de 365 jours) sans mon bloqueur de pub: 547 500 500 000 euros ou l’équivalent en devises.

Pour 6 mois sans mon bloqueur de pub:270 000 euros ou l’équivalent en devises.

Pour 3 mois sans mon bloqueur de pub:135 000 100 000 euros ou l’équivalent en devises.

Pour 1 mois (sur une base de 30 jours)sans mon bloqueur de pub: 45 000 euros ou l’équivalent en devises.

Pour 15 jours sans mon bloqueur de pub:22 500 22 000 euros ou l’équivalent en devises.

Pour 1 jour sans mon bloqueur de pub: 1500 euros ou l’équivalent en devises.

https://www.paypal.com/cgi-bin/webscr?cmd=_s-xclick&hosted_button_id=KZF8RWHUB7NZ

Marilyn Manson a utilisé un subterfuge militaire pour s’échapper d’un cinéma et aux photographes.


Marilyn Manson joue un sale tour aux paparazzis

http://www.lessentiel.lu/fr/people/actu_des_stars/story/Marilyn-Manson-joue-un-sale-tour-aux-paparazzis-26364204

https://www.paypal.com/cgi-bin/webscr?cmd=_s-xclick&hosted_button_id=KZF8RWHUB7NZS

Pour pouvoir échapper aux photographes qui l’attendaient de pied ferme, le chanteur gothique américain a utilisé un subterfuge militaire pour s’échapper d’un cinéma.

storybild

Rien de tel qu’une bombe fumigène pour passer inaperçu à la sortie d’un lieu public, selon Marylin Manson. (photo: AFP)

Marilyn Manson, 44 ans, était invité à l’avant-première du film «Spring Breakers» au Emerson Theatre de Los Angeles. Quand il est sorti de la salle, forcément, des paparazzis faisaient le pied de grue pour le photographier. Ce que n’apprécia pas la star gothique.

Ni une ni deux, Manson imagina un moyen simple mais terriblement efficace pour faire la nique aux paparazzis et pouvoir regagner sa voiture sans se faire tirer le portrait. Avec la complicité de ses gardes du corps, il a déclenché à ses pieds une bombe fumigène. Bingo! Dans la fumée blanche, les photos avec flashs ne donnent rien.

Seul hic dans l’opération commando du chanteur, des personnes ont appelé les pompiers. L’auteur de l’album «Antichrist Superstar» pourrait donc être condamné pour trouble à l’ordre public.

Les moustiques géants envahissent la Floride


https://www.paypal.com/cgi-bin/webscr?cmd=_s-xclick&hosted_button_id=KZF8RWHUB7NZS

http://www.lematin.ch/monde/moustiques-geants-envahissent-floride/story/13471689

AÏE
Plus agressifs et vingt fois plus grands que les autres, les «Psorophora ciliata» vont pulluler cet été sur la péninsule du sud des Etats-Unis.
Par Marion Clément. Mis à jour le 22.03.2013

Vous craignez les moustiques? Alors fuyez la Floride cet été. Si le conseil ne va pas plaire aux organismes locaux de tourisme, il n’en est pas moins sérieux, puisqu’il émane de l’Université de Floride, à Gainesville. Ainsi donc, après une récente invasion de requins sur ses plages, un déferlement de pythons dans les Everglades, voilà que l’Etat préféré des vacanciers américains doit faire face à une nouvelle menace: les moustiques géants.

Et ça va faire mal. Parce que les Psorophora ciliata – nom scientifique de ces petits vampires – sont réputés pour être des suceurs de sang insatiables. Non seulement ils sont jusqu’à vingt fois plus grands que les autres, puisqu’ils peuvent mesurer plus de 2 cm, mais ils possèdent aussi un dard très affûté. Ils peuvent vous traverser un vêtement pour venir s’abreuver et la douleur ressemble «à un coup de poignard», avertit un habitant d’Orlando, peu rassurant. A noter que, comme c’est le cas pour ses congénères, ce sont les femelles, zébrées en l’occurrence, qui piquent. Les mâles, eux, sont beaucoup plus petits et ne s’intéressent qu’au nectar des plantes…

Et si on nous promet une invasion de ces assaillants pour bientôt, c’est parce que les conditions climatiques l’ont voulu ainsi. Une année 2012 particulièrement humide, des orages et des inondations à répétition, le passage de la tempête tropicale «Debby» et un hiver doux, tout a contribué à faire exploser la natalité de ces terrifiantes bestioles.

Une bonne nouvelle toutefois dans ce monde de brutes, ces moustiques géants ne transmettent pas de maladies connues à ce jour. Ouf!

 

Mallaury Nataf: du «Miel et les abeilles» à la rue


L’actrice française Mallaury Nataf, connue pour son rôle dans «Le miel et les abeilles», appelle au secours: elle est SDF et a perdu la garde de ses enfants.

storybildBien que SDF, Mallaury Nataf est arrivée avec une manucure parfaite dans les locaux du «Parisien», le 2 février 2012.

A 39 ans, Mallaury Nataf a tout perdu. Reconnue dans les années 1990 parce qu’elle incarnait Lola, le personnage principal de la série «Le miel et les abeilles», l’actrice française avait encore fait parler d’elle en 2005 en participant à l’émission de télé-réalité«La ferme célébrités».

Malaury Nataf dans la peau de Lola dans «Le Miel et les Abeilles».Malaury Nataf dans la peau de Lola dans «Le Miel et les Abeilles».Mais c’est bien en tant que SDF qu’elle s’est rendue jeudi dans les locaux du «Parisien» pour lancer un appel au secours. «Je n’ai plus rien. Mes trois enfants m’ont été retirés. La brigade des mineurs m’a pris le plus petit samedi et l’a placé auprès de l’aide sociale à l’enfance», a expliqué l’actrice aux journalistes français.

«Une mauvaise mère»

Mallaury Nataf a trois enfants: Rafaël, 13 ans, Angeline, 11 ans et Shiloh, 2 ans et demi. Et depuis mars 2011, elle n’a plus de domicile fixe. «Depuis dix semaines, j’allais avec mon fils Shiloh d’hôtels de banlieue en logements amicaux», précise-t-elle. Mais ses problèmes remontent à plusieurs années. «Après «La ferme célébrités», j’ai choisi de me consacrer à mes enfants, dit-elle. Mais, les quatre premières années, j’ai été une très mauvaise mère avec Rafaël. J’ai toujours été élevée comme une princesse, très narcissique. J’ai fait l’objet de deux longues enquêtes sociales, j’ai reconnu mes torts, j’ai décidé d’apprendre et j’ai été suivie par un psy. Et mes enfants sont restés avec moi. Je les ai élevés seule.» Suite à ses problèmes, ses deux aînés lui ont été retirés en été 2010. Ils sont allés vivre chez leurs pères respectifs.

L’actrice explique qu’elle s’est éloignée de ses proches à cause de ses croyances religieuses. «Mon seul tort est d’être juive orthodoxe pratiquante. Il y a quatre ans, je suis tombée amoureuse d’un homme croyant, Abraham, qui a révélé mon judaïsme et celui de ma mère. Un bonheur pour moi. Mais les pères de mes enfants, mes parents, mes amis m’ont rejetée. Le métier me fuit. Seuls quelques esprits libres, comme Agnès Soral et Gérard Depardieu, me tendent la main. Et la communauté juive me rejette.»

Soutenue par une association

Seule lueur d’espoir à l’horizon: l’association Pause-Café a décidé de soutenir Mallaury Nataf en lui prêtant un appartement dans la banlieue parisienne et en montant un dossier avec une avocate pour qu’elle retrouve son plus jeune enfant.

«Il n’y a pas d’oseille mais on s’en tape!»

En 2006, Mallaury Nataf avait été invitée par Jean-Luc Delarue dans l’émission «Ça se discute» consacrée à la vie des anciennes stars de la télévision française des années 1990. On la voyait rayonnante et heureuse avec ses enfants.

A cette époque, elle tentait de faire carrière dans la musique. Mais sans producteur! Et elle avait avoué ne pas du tout être intéressée par l’argent. «Je ne suis là ni pour gagner ma vie, ni pour exister, ça ne m’intéresse pas», déclarait-elle alors. Et lorsque la journaliste lui demande comment elle gagne sa vie, elle répond: «Et bien de temps en temps je fais des petits hold-ups comme La Ferme qui me permettent de tenir. Et là je prépare deux ou trois petits hold-ups. Et les 360 autres jours je travaille sur des projets un peu plus compliqués à mettre en place. Il n’y a pas d’oseille mais on s’en tape!»

http://www.20min.ch/ro/entertainment/people/story/Mallaury-Nataf–du–Miel-et-les-abeilles–a-la-rue-26738345

Une mère de 32 ans se réveille pensant qu’elle a 15 ans


Info rédaction, publiée le 29 juillet 2011

Naomi Jacobs s’est réveillé un matin pensant qu’elle avait 15 ans. Elle en avait en réalité 32 et avait un petit garçon de 11 ans, qu’elle n’a pas reconnu.

Une Britannique de Manchester de 32 ans s’est réveillée un matin, pensant qu’elle était âgée de 15 ans. Naomi Jacobs, mère d’un petit garçon de 11 ans, a subi une amnésie globale transitoire pendant son sommeil. Cette perte de mémoire a été provoquée par le stress puisqu’à l’époque elle cumulait un master en psychologie, un travail d’homéopathe, et l’éducation de son fils. Ses souvenirs émotionnels disparus, seule sa mémoire sémantique était intacte lui permettant de reproduire des gestes communs, explique The Sun.

C’est ainsi que Naomi s’est réveillée il y a 3 ans, en étant convaincue qu’elle avait 15 ans, qu’elle était en 1992, et qu’elle préparait son GCSE, l’équivalent du certificat général de l’enseignement secondaire. « Je pensais m’être endormie comme l’est une ado de 15 ans, audacieuse, pleine d’avenir et provocante, et me suis réveillée dans la peau d’une mère célibataire de 32 ans vivant dans un logement social. La dernière chose dont je me souvenais c’était que je m’étais endormie en rêvant d’un garçon de ma classe. À mon réveil, un jeune garçon est apparu et m’a appelée maman. J’ai hurlé. J’ignorais qui il était; nous avions plus ou moins le même âge. Je ne me souvenais pas de lui avoir donné naissance. J’ai commencé à sangloter de manière incontrôlable. Dire que j’étais pétrifiée est un euphémisme. Je réclamais ma maman. Je ne pouvais pas avoir atterri en une nuit dans un siècle différent », rapporte The Sun  Pour elle « John Major était toujours Premier ministre et le seul Bush que je connaissais était George Senior ».

Naomi a passé ses trois dernières années à reconstituer le puzzle de sa vie, et à réapprendre à connaître son fils, avec l’aide de ses amies et de magazines. « Mon meilleur ami et ma sœur se sont chargés de toutes mes communications. Je n’avais aucune idée du fonctionnement de mon téléphone portable ou encore des mails. Durant les premiers mois, j’essayais désespérément de savoir qui j’étais. Pendant la nuit, je restais éveillée et je pleurais, nostalgique de l’école et effondrée de découvrir que j’étais une maman banale, célibataire, seule au volant d’une vieille Fiat cabossée. Mais petit à petit je me suis réadaptée au monde actuel ». Aujourd’hui, Naomi Jacobs a 35 ans et essaie de reprendre une vie normale.

http://www.gentside.com/m%e9moire/une-mere-de-32-ans-se-reveille-pensant-qu-039-elle-a-15-ans_art25834.html

A 76 et 91 ans, elles “font le mur” pour pique-niquer


Il était près de 12 h 30 lorsque l’équipe de la maison de retraite Prosper-Mathieu de Châteauneuf-du-Pape s’est aperçue de la disparition de deux de ses pensionnaires.

Léa 76 ans et Pierrette 91 ans toutes les deux atteintes de la maladie d’Alzheimer avaient envie de pique-niquer.

Hier à midi, elles ont quitté leur résidence s’en dire un mot. Elles ont été retrouvées hier soir aux alentours de 19 h 30 par les gendarmes. Déjà dans la matinée elles avaient tenté de faire le mur avant d’être rattrapées par les aides soignants.

http://www.ledauphine.com/

Un hélicoptère déclenché

Au total près de 20 militaires de la brigade la commune, de la gendarmerie mobile, du PSIG, des unités cynophiles ainsi qu’un hélicoptère de la section aérienne ont participé à leur recherche. Tous étaient placés sous les ordres du commandant de la compagnie de gendarmerie d’Orange, Jonathan Voisin. « Nous avons tout mis en œuvre pour les retrouver le plus rapidement possible. L’objectif était d’éviter que l’une d’elle ne fasse un malaise à cause de la chaleur » a affirmé l’un des enquêteurs.

Pour éviter que de tels cas ne se reproduisent les gendarmes rappellent qu’il ne faut pas hésiter à les contacter si vous croisez des personnes âgées désorientées.

http://www.ledauphine.com/actualite/2011/07/09/elles-font-le-mur-pour-pique-niquer

Un meurtrier présumé trahi par les cauchemars de sa fille


Christian Carrié, 50 ans, comparaît depuis ce mercredi devant la cour d’assises du Gard pour le meurtre de sa compagne. Ce sont les visions nocturnes de sa fille, âgée de 2 ans au moment du meurtre, qui ont mis les enquêteurs sur sa piste.

Pendant des années, Christian Carrié s’est fait passer pour un père abandonné par sa femme volage. Aujourd’hui, il apparaît finalement comme le principal suspect dans le meurtre de celle-ci. Agé de 50 ans, l’homme comparaît à partir de mercredi devant la cour d’assises du Gard pour le meurtre de Djamella, mystérieusement disparue en août 1998 à l’âge de 22 ans. Ce sont les cauchemars récurrents de sa fille Laura, âgée de 2 ans au moment de la disparition de sa mère, qui ont permis aux enquêteurs de remonter jusqu’à lui.

L’histoire d’amour entre Christian Carrié et Djamella Iftene démarre en 1994. Née à Meaux (Seine-et-Marne) dans un milieu très modeste, la jeune femme erre à l’époque de foyer en foyer en région parisienne, avant d’atterrir par hasard dans le Gard. Là, elle rencontre Christian, qui vit dans une maison rustique d’Avèze, un petit village où il élève des chèvres et des volailles. Un mode de vie qui tranche radicalement avec celui de Djamella, qui traîne alors avec des marginaux de la région. Djamella tombe sous le charme de Christian et emménage avec lui.

Jaloux, alcoolique et violent

Deux ans plus tard naît Laura. Mais rapidement, le couple ne s’entend plus. En février 1998, Djamella entame une procédure pour obtenir la garde son enfant. Six mois plus tard, elle disparaît, sans prévenir personne. «On s’appelait toutes les semaines. Et puis, tout d’un coup, durant l’été 1998, il a été impossible de rentrer en contact avec elle, se souvient sa grand-mère pour le Parisien. Carrié m’a dit qu’elle avait suivi des hommes et qu’elle l’avait abandonné, lui et Laura». Une hypothèse jugée crédible par les enquêteurs, au regard du passé de la jeune femme. D’autant que régulièrement, Djamella poste des lettres à sa grand-mère qui disent la même chose. Pendant près de dix ans, l’enquête lancée pour disparition piétine.

Ce n’est qu’en 2005 que l’affaire connaît un sacré rebondissement. Cette année-là, Laura, 9 ans, est placée dans un foyer : la justice estime qu’elle est victime d’inceste. A ses éducateurs, elle confie faire un cauchemar récurrent depuis plusieurs années : «Mon papa prend un couteau, il le plante dans le cou de ma maman. Je vois mon papa. Je vois ma maman. Ma maman tombe par terre sur le dos et le sang coule par terre», leur confie-t-elle. Laura est aussitôt entendue par un juge et les investigations concernant la disparition de sa mère reprennent. De nombreux témoins racontent aux enquêteurs que Christian Carrié est un homme jaloux, alcoolique et violent. Qui allait jusqu’à séquestrer, parfois, sa compagne.

En 2007, Christian Carrié est condamné à quatre ans de prison ferme pour avoir sexuellement abusé de sa fille. Interrogé à plusieurs reprises par les gendarmes de Nîmes sur la disparition de Djamella, il livre toujours la même version : la jeune femme l’a abandonné pour partir avec d’autres hommes. Jusqu’à ce jour du 12 décembre 2008, où, devant le juge d’instruction, il craque : «Elle est venue un soir et on s’est disputé. Elle a tapé Laura, elle a attrapé un couteau à la cuisine et voulait me tuer et, manque de pot, je l’ai poignardée. Laura était par terre et pleurait. J’ai enlevé le couteau comme ça et le sang a giclé partout». Christian Carrié raconte ensuite comment il s’est débarrassé du corps : «J’ai découpé le corps en morceaux, ça a duré toute la nuit. J’en ai mis dans des conteneurs publics, j’en ai donné aussi aux chiens. De la viande crue et j’en ai aussi fait cuire pour les chiens».

«Il nous a complètement endormis»

Un mois plus tard, l’homme se rétracte. «Il a fait ses aveux dans des conditions particulières. Après s’être reposé, il est revenu sur ses déclarations. Il nie désormais toute implication dans ce crime», explique son avocat, Me Antoine Garcia, dans les colonnes du Parisien. Des investigations scientifiques poussées se sont déroulées dans la maison, et il n’a pas été trouvé de sang, il n’y a pas de corps. En fait, il ne reste que les rêves d’une gamine», poursuit-il. L’enquête a toutefois établi que c’est Christian Carrié en personne qui avait rédigé les lettres envoyés aux proches de Djamella pour leur donner des nouvelles.

A partir de lundi et jusqu’à vendredi, jour du verdict, ce sont désormais les jurés de la cour d’assises du Gard que Christian Carrié va devoir convaincre. L’homme encourt la réclusion criminelle à perpétuité. Au cours du procès, il sera confronté à sa fille, désormais âgée de 15 ans. L’adolescente «ne parvient pas à croire à la culpabilité de son père et imagine que sa maman va revenir», confie son conseil, Me Françoise Delran. Les proches de Djamella sont quant à eux convaincu de la culpabilité de Christian Carrié. Sur RMC, l’oncle de Laura témoigne : «Il nous a fait croire pendant 10 ans qu’elle était toujours vivante (…). Il nous a complètement endormis. Je veux que justice soit faite, qu’il reconnaisse. Ça serait bien de faire un deuil. Qu’il nous dise exactement ce qu’il a fait du corps. Pour moi c’est plus important que de savoir si il va être condamné».

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2011/06/29/01016-20110629ARTFIG00417-un-meurtrier-presume-trahi-par-les-cauchemars-de-sa-fille.php