La pseudo-télékinésie est une expérience de physique.


Un scientifique prétend pouvoir prédire le futur


http://www.20min.ch/ro/news/insolite/story/Un-scientifique-pretend-pouvoir-predire-le-futur-12786047

http://www.lessentiel.lu/fr/news/insolites/story/Un-scientifique-pretend-pouvoir-predire-le-futur-21997294

https://www.paypal.com/cgi-bin/webscr?cmd=_s-xclick&hosted_button_id=KZF8RWHUB7NZS

L’Iranien Ali Razeghi affirme que son invention pourrait anticiper avec précision les huit prochaines années de la vie de quiconque.

storybild

Une image tirée du film «La machine à remonter le temps». (photo: Keystone)

Voici une invention qui risque de mettre Elizabeth Teissier et ses collègues au chômage. «Elle ne vous fait pas voyager dans le futur, elle vous apporte le futur», a expliqué l’ingénieur de 27 ans, originaire de Téhéran, selon metro.uk. Cette machine, pas plus grosse qu’un ordinateur portable, peut prédire les évènements des cinq à huit ans à venir pour quiconque l’utilise, grâce à de nombreux algorithmes complexes.

Il ajoute que son projet nommé «Arayayek Time Machine Voyages» pourrait anticiper tout conflit avec un pays étranger ou encore calculer les fluctuations des taux des monnaies et des matières premières telles que le pétrole. «Une fois que nous aurons trouvé comment la produire en masse (la machine), nous espérons la vendre aussi bien aux Etats qu’aux particuliers», assure Ali Razeghi.

Son entourage l’a tout de même accusé de jouer à Dieu»: «La machine ne va pas du tout à l’encontre de nos valeurs religieuses. Les Américains tentent de l’inventer en dépensant des millions de dollars alors que moi j’ai réussi à le faire avec un coût extrêmement réduit.»

Mais les propos de ce jeune inventeur restent difficiles à croire, surtout que, selon plusieurs médias, le centre qu’il prétend diriger n’existe pas sur Internet. Plus suspect encore, l’interview de l’agence que relaie metro.uk est introuvable sur son site. En outre, son explication concernant l’absence d’appareil de démonstration ne tient pas trop la route. «A ce stade, il n’existe pas encore de prototype, car les Chinois risquent de voler l’idée et produire l’appareil en millions d’exemplaires.»

De l’électricité produite avec de l’eau et de l’alcool


SCIENCES

L’Ecole polytechnique de Zurich a mis au point une molécule qui transforme l’eau et l’alcool en énergie. Les scientifiques espèrent pouvoir fabriquer une pile à combustible à partir d’elle.

http://www.lematin.ch/sante/sciences/electricite-produite-leau-lalcool/story/11041282

https://www.paypal.com/cgi-bin/webscr?cmd=_s-xclick&hosted_button_id=KZF8RWHUB7NZS

La formule structurelle du catalyseur permettant de fabriquer de l'électricité avec de l'eau et du méthanol.

La formule structurelle du catalyseur permettant de fabriquer de l’électricité avec de l’eau et du méthanol.
Image: EPFZ

Il sera peut-être bientôt possible de produire de l’électricité avec de l’eau et de l’alcool dans une pile à combustible grâce à une molécule mise au point à l’EPF Zurich. Cette molécule pourrait aussi transformer le CO2 en carburant, a indiqué lundi l’EPFZ.

La molécule en question est un catalyseur. Si on ajoute ce catalyseur à un mélange de méthanol et d’eau, la réaction produit de l’hydrogène et du CO2.

On obtient aussi ce résultat avec les méthodes actuelles, mais celles-ci exigent de hautes températures et de fortes pressions. Avec la molécule mise au point par l’EPFZ, la réaction a lieu à moins de 100 degrés et à pression atmosphérique normale.

Monoxyde de carbone

Le processus zurichois a un autre avantage: la réaction produit du CO2 (dioxyde de carbone) et non du CO (monoxyde de carbone). Dans les piles à combustibles actuelles, le CO entrave le bon fonctionnement du catalyseur après une certaine durée.

L’EPFZ espère développer prochainement une pile à combustible fonctionnant avec la nouvelle molécule. Une première application pourrait être la fabrication d’une micro-pile à combustible qui produirait l’énergie nécessaire pour une montre.

Les scientifiques zurichois pensent qu’il est aussi envisageable d’inverser la réaction. A partir de CO2 et d’hydrogène, il devrait être possible de produire du méthanol qui serait ensuite utilisé comme carburant.(ats/Newsnet)

Des rats communiquent par la seule force du cerveau


Des scientifiques ont réussi à faire communiquer entre eux deux rats par des signaux que ceux-ci s’envoient de cerveau à cerveau. Ça ressemble à de la télépathie, ça a le goût de la télépathie, mais ça n’en est pas… Explications.

Par Sébastian SEIBT  (texte)

Le cerveau et rien d’autre. Deux rats ont réussi à communiquer entre eux sans se voir, sans se toucher et sans émettre le moindre son. Une équipe de scientifiques emmenée par le neurobiologiste brésilien Miguel Nicolelis a révélé cette première mondiale dans un article paru le 28 février dans la revue britannique Nature Scientific Reports.

À l’issue d’une série de tests, ils ont établi que l’un des rats aidait son congénère à réaliser une tâche par ce qui ressemble à de la télépathie. L’expérience consiste à placer les deux animaux dans deux pièces distinctes en les reliant par un fil électrique et des électrodes connectées à leur cerveau. Le premier rat – l’émetteur – doit appuyer sur un des deux leviers devant lui en fonction d’une petite lumière qui s’allume afin de recevoir en récompense un peu d’eau. Le deuxième – le décodeur – est moins aidé : aucune lumière pour le guider. Pourtant, sept fois sur dix, selon l’étude, il appuie sur le bon levier. L’expérience a même été menée avec succès en plaçant les deux rats dans des pays différents – l’un au États-Unis, l’autre au Brésil – et en reliant leurs cerveaux par l’Internet.

“Le deuxième rat reçoit par impulsion électrique l’information issue du cerveau de l’émetteur, comme un schéma qu’il décode et lui permet de réaliser correctement la tâche demandée”, explique à FRANCE 24 Chloé Bétis, une neuroscientifique française basée à Berlin, en Allemagne. Celle-ci réfute l’idée qu’il puisse s’agir de transmission de pensée. “Au mieux, on peut considérer que c’est de la télépathie low-cost, car ce n’est qu’une partie très précise du cortex qui est concernée et la tâche à réaliser est, en outre, très simple”, décrypte cette scientifique.

“Ordinateur organique”

Miguel Nicolelis, un pionnier de la recherche sur la communication entre homme et machine, ne fait d’ailleurs pas référence à de la télépathie dans son étude. “Ce ne sont pas des pensées ou des images que reçoit le rat, mais des signaux”, souligne-t-il. Il préfère voir dans son expérience les prémices d’un futur “ordinateur organique”. Car ses tests prouvent que la communication va dans les deux sens. Lorsque le rat récepteur échouait, il le faisait savoir par un signal envoyé à l’autre rongeur qui adaptait son comportement pour rendre le code plus “lisible”.

Des résultats encourageants qui incitent ces scientifiques à étendre le champ de leurs recherches. Ainsi, ils comptent mettre en place un vrai réseau de rats interconnectés – comme un ordinateur – afin de “résoudre des problèmes plus complexes”, explique au quotidien britannique The Guardian Miguel Pais-Vieira, l’un des auteurs de l’étude.

Une étude qui, pour certains, laisserait entrevoir des nouvelles possibilités de communication pour les personnes paraplégiques, comme le souligne le site de la chaîne britannique BBC.

“C’est de la pure science-fiction”, rétorque Chloé Bétis. Pour cette scientifique, il n’y a pas de raison de croire que ce qui marche chez les rats fonctionnerait aussi chez l’homme. “Il faudrait d’abord refaire cette expérience avec des singes”, indique-t-elle. En outre, afin de savoir ce qu’il est réellement possible de transmettre comme information de cerveau à cerveau, il faut “affiner l’expérience et ne pas se contenter des tâches simples comme dans celles de l’étude menée par l’équipe de Miguel Nicolelis”, explique-t-elle.

Enfin, et surtout, placer des électrodes reliées au cerveau humain “n’est pas envisageable du point de vue éthique”, assure-t-elle. “Si vous voulez mettre des informations dans le cerveau de quelqu’un, il faut clairement utiliser un scalpel et relier des électrodes à l’intérieur du crâne de la personne”, ajoute Christopher Warwick, un neuroscientifique britannique joint par la BBC. C’est pourquoi, pour Chloé Bétis, cette liaison electro-télépathique entre deux rats est “une belle avancée pour la recherche fondamentale”, mais sans réelle application pratique pour l’instant.

Un tatouage électronique pour commander les objets à distance


Une chercheuse chinoise a développé un tatouage électronique qui servirait de télécommande se collant et se décollant sur votre peau. Elle a remporté le prix de l’innovation de l’année au Forum Netexplo.
En savoir plus sur http://www.atlantico.fr/atlantico-light/tatouage-electronique-pour-commander-objets-distance-640124.html#RPoXTz4EIKvWh32a.99
Le fameux tatouage électronique innovation de l'annéeLe fameux tatouage électronique innovation de l’année Crédit DR

« Electronic Tattoos ». Voici le nom de la dernière nouveauté qui va faire parler dans le monde high-tech. Et pour cause, il s’agit en réalité d’un tatouage électronique qui permettrait de commencer des objets à distance. Présenté lors du forum NetExplo 2013, au siège de l’Unesco à Paris, par Nanshu Lu, cette innovation a même remporté le premier prix. La jeune chercheuse est donc sortie gagnante grâce à ce tatouage électronique qui se colle et qui se décolle très simplement sur la peau. En compagnie d’une équipe de chercheurs à l’université d’Austin, au Texas, elle a développé cette fine membrane de silicone qui s’adapte aux déformations de la peau et qui résiste à l’eau. Les composants captent les signes vitaux les plus infimes, comme le pouls, la température et les vibrations des cordes vocales.

Nanshu Lu affirme que « les applications possibles ne sont limitées que par notre imagination« , la transmission des données s’effectuant sans fil grâce à des émetteurs intégrés au tatouage. Un pilote de Nascar, Paulie Harraka, a déjà testé le dispositif pour mesurer son taux d’hydratation durant une course automobile. Le but premier est de surveiller le rythme cardiaque, la température et d’autres facteurs médicaux. Néanmoins, il peut servir dans d’autres domaines et comporte un ample champ de possibilités. Le biologiste Joël de Rosnay, qui a remis le prix NetExplo à la chercheuse chinoise, a déclaré que « le corps devient un outil » avant d’ajouter qu' »avant, les outils étaient devant nous et nous communiquions avec. Maintenant, le corps devient une télécommande, à la manière d’un écran tactile qui peut transmettre des informations « .

Diplômée en 2005 de l’Université scientifique de Tsinghua, à Pékin, Nanshu Lu a continué ses études à Harvard, aux États-Unis, où elle a mené des recherches sur les surfaces dures posées sur des supports tendres, menant à son tatouage électronique développé à l’Université du Texas où elle est assistante-professeur depuis 2011.

En savoir plus sur http://www.atlantico.fr/atlantico-light/tatouage-electronique-pour-commander-objets-distance-640124.html#RPoXTz4EIKvWh32a.99

Mon avis sur le bouquin: MT comme Méditation Transcendantale-mieuxm vivre et vaincre le stress.


https://www.paypal.com/cgi-bin/webscr?cmd=_s-xclick&hosted_button_id=KZF8RWHUB7NZS

 

Je recherché un bouquin sur la méditation transcendantale; voila ce que j’ai demandé à la vendeuse dans la librairie ésotérique. « Bonjour, je recherche un livre sur la méditation ou méditation transcendantale mais écrit: soit par un médecin, soit un ingénieur. 

Voila le bouquin que j’ai eu et que j’ai acheter: MT comme Méditation Transcendantale-mieux vivre et vaincre le stress, Laure Amouyal, édition: Narratif. 

*Un petit truc qui n’est pas dans le bouquin, qui me concerne et qui vous concerne peut être aussi. La nuit je rêve et je m’en souviens; avec la MT je rêve toutes les nuits et je m’en souviens. 

Maintenant, voila ma prise de note sur le bouquin. 

*Page 76: La MT dans le couple favorise l’entente, la force, l’équilibre de l’union. 

**Le test de la page 100: La MT est la meilleure technique anti-stress que l’on connaisse…….effets sur la réduction d’états d’anxiété………trois fois plus importants que ceux des autres techniques.

***Page 101 ça vaut de le détour: Le gouvernement japonais a publié une brochure sur la prévention des suicides dans laquelle la  MT est expressément recommandée.

Et une étude du ministère japonais du travail et des affaires sociales a conclu qu’elle améliorait nettement la santé psychologique des employés de l’industrie (baisse de l’anxiété, de la dépression  de l’insomnie, des problèmes digestifs, du tabagisme, des névroses et des problèmes psychosomatiques)

Au Japon, plus de 2000 responsables de hauts niveau ont appris la MT dans des sociétés comme Sumitomo Heavy Industries, Toyota Motor Compagny, Kyocera (Yashika) et I World Supermakets. Les employés et dirigeants de plus de 100 sociétés japonaises pratiquent le programme de MT.

*Page 134, 1ere utilisation du terme « champs unifier ».

*Page 157, si un pour cent d’une population donnée peut, chacun pratiquant tranquillement chez soi la Méditation Transcendantale, influencer positivement l’ensemble de cette population, le programme de MT-Sidhi, lorsqu’il est pratiqué en groupe, amplifie considérablement cet effet de cohérence et d’harmonie sur l’environnement: il suffit que la racine carrée de 1%de la population le pratique en groupe pour qu’il en résulte une amélioration de la qualité de vie. 

On appelle « effet de superradiance » la puissante influence de cohérence qui se propage à partir d’un grand groupe d’ « experts » en ces technologies de la conscience. « Grands groupe » signifiant donc ici au moins la racine carrée de 1% de la population concernée.

*Page 165: L’administration vedique: établir l’invincibilité a partir du silence.

*Page 167-168: Pays mondial de la paix, est dirigée par un gouvernement mondial de la paix. Au niveau national, dans chaque pays, des associations « Gouvernement de la paix » ou « Invincibilité » vont mettre en place des groupes de cohérence dont la fonction sera d’établir l’invincibilité et en conséquence la souveraineté de la nation. Ces Gouvernement en place mais ils devraient monter qu’à partir du silence on peut conduire le dynamisme vers une heureuse destinée.

La devise monétaire du pays de la paix: le « RAAM »

*Dans la conclusion, page 176: La MT, elle développe les capacités cérébrales  augmente la clarté d’esprit, améliore la santé, le comportement, les relations avec soi-même et autrui. Et on l’ignore? On ne le fait pas savoir? On  ne dit pas, haut et fort, àtous ceux qui souffrent de maladies cardio-vasculaires, a quel points ses effets sur la santé cardiaque sont profonds, durables, naturels, remarquables? On ne dit pas clairement, à tous ceux qui sont las, fatigués, découragés, à  quel point elle est roborative et tonifiante? On ne dit pas, nettement, intelligiblement, à ceux qui se demandent qui ils sont, où ils vont et à quoi ils servent, comme elle fait fondre les limites, comme elle dissipe les brouillards et donne du sens à la vie parce qu’elle fait trouver, connaitre et vivre ce Soi du « Connais-toi toi même »? On regarde se creuser le déficit de la Sécurité sociale mais on dit pas, publiquement , que celui qui pratique la MT réduit par deux ses dépense de santé? On déplore la violence à l’école mais informe-t-on les parents qu’il existe un moyen d’apaiser leurs enfants, de leur donner le gout d’apprendre, de leur donner le goût d’eux-mêmes, le goût de vivre et les moyens de réussir  Informe-t-on les professeurs, les principaux, les proviseurs que là où les élèves apprennent la MT le métier d’enseignant, parce que plus nourricier, devient d’autant plus noble et plus satisfaisant?

IMAGE0001IMAGE0002IMAGE0004IMAGE0005

Le secret de notre «petite voix intérieure» révélé


http://sante.lefigaro.fr/actualite/2012/12/07/19538-secret-notre-petite-voix-interieure-revele

https://www.paypal.com/cgi-bin/webscr?cmd=_s-xclick&hosted_button_id=KZF8RWHUB7NZS

PASIEKA/SPL/PHANIE/phanie

Les chercheurs du centre de recherche en neurosciences de Lyon ont réussi, pour la première fois, à «voir» la manifestation de la «petite voix» de notre cerveau.

 

 

Les chercheurs du centre de recherche en neurosciences de Lyon ont réussi, pour la première fois, à «voir» la manifestation de la «petite voix» de notre cerveau.

 

 

Mots clés : Neurosciencecerveau
Par figaro iconPauline Fréour – le 07/12/2012
Quand nous lisons ou nous parlons à nous-même pour réfléchir, notre cerveau génère une impression sonore qu’il interprète de la même façon qu’une voix réelle extérieure, ont découvert des chercheurs français.

 

Nous avons tous fait l’expérience de cette petite voix intérieure qui nous accompagne au long de la journée et de nos pensées. Mais son origine et la façon dont elle est perçue par le cerveau restaient encore mystérieuses. Une équipe d’experts du centre de recherche en neurosciences de Lyon et du CHU de Grenoble vient de lever le voile sur cet étrange phénomène dans une étude publiée mercredi dans The Journal of Neuroscience.

Pour mener leur expérience, l’équipe de Jean-Philippe Lachaux, directeur de recherche à l’Inserm, a suivi quatre adultes atteints d’épilepsie sévère qui, dans le cadre de leur traitement et de leur suivi médical, vivent avec des électrodes implantées dans le cerveau, ce qui permet d’obtenir d’excellents signaux à l’encéphalogramme. Après avoir repéré dans le cortex auditif la zone précise qui réagissait au son de voix extérieures, réellement exprimées, les chercheurs ont demandé aux volontaires de lire en silence un texte défilant sur un écran, sans leur donner d’instructions particulières.

«Le cerveau crée le son à partir de rien»

Résultat: la zone du cerveau qui analysait les voix externes s’activait également pendant la lecture silencieuse, signalant une «pensée verbalisée». «Pour la première fois, grâce à cette étude, nous avons pu «voir» en temps réel la trace de cette petite voix , résume Jean-Philippe Lachaux. Nous ne nous y attendions pas forcément car il s’agit d’un phénomène très immatériel. Le cerveau crée le son à partir de rien, à chaque mot».

L’hypothèse la plus probable serait que l’association entre sons et mots que nous apprenons à faire enfants quand nous commençons à parler puis lorsque nous commençons à lire à voix haute devient un automatisme qui persiste tout au long de notre vie. «Cette association entraîne une augmentation des connections entre les zones du cerveau impliquées, qui en viennent à s’activer spontanément l’une l’autre», décrypte Jean-Philippe Lachaux. Et cela, même quand le texte lu ne relève pas du discours. Les chercheurs notent en outre que le phénomène est d’autant plus fort que l’attention du lecteur est sollicitée – par exemple parce que le texte est difficile ou parce que la personne ne lit pas couramment.

Les débouchés de cette étude, qui confirme des travaux scientifiques précédents, pourraient concerner la rééducation de personnes schizophrènes voire dépressives qui ne régulent pas cette «petite voix» lorsqu’elle submerge leur cerveau de pensées négatives, explique Jean-Philippe Lachaux. «En utilisant une technique similaire à celle de l’étude, nous pourrions leur montrer concrètement ce qui se passe dans leur cerveau, et cela leur permettrait de se distancier de cette pensée envahissante et de regagner du contrôle».